Grégoire Van Steenbrugghe, trouver son alignement


Orientation épanouie / mardi, mai 7th, 2019

Écoutez l’interview de Grégoire sur iTunes, Ausha, Soundcloud, Eeko et Spotify.

Grégoire est le directeur d’une école pas comme les autres, qui accueille des élèves en rupture avec le système scolaire traditionnel. Il s’agit du Cours du Pont de Pierre. J’ai découvert cette personnalité généreuse dans le livre de Christie Vanbremeersch sur l’ikigaï. Si Grégoire a aujourd’hui trouvé sa voie, son parcours est loin d’avoir été linéaire. Je vous propose de le découvrir dans le 13ème épisode de Graines d’orienté, ou d’en lire quelques extraits ci-dessous.

Se contorsionner pour rentrer dans les cases de l’école

Grégoire rêvait d’être pâtissier. Si finalement ce n’est pas la voie qu’il a empruntée, le désir de créer et de faire l’a toujours animé. Il s’oriente ainsi vers des études d’ingénieur.

L’école n’a pas été un passage aisé pour Grégoire. Il me décrit les difficultés à s’adapter à un rythme uniformisé pour tous ou à rester assis à longueur de journée. Par dessus tout, l’épreuve de la note était éprouvante pour lui, car vécue comme une critique personnelle.

Cette scolarité, il l’a vécue comme une période à double tranchant, tant il lui a fallu ensuite des années pour se dé-contorsionner et renouer avec sa créativité. Il n’en reste pas moins qu’il y a appris à développer sa force de travail. Une compétence cruciale pour affronter le monde demain, comme Grégoire le rappelle souvent à sa fille.

Un cheminement à tâtons

Grégoire a débuté sa carrière professionnelle en travaillant dans les Télécoms. À cette époque, impossible pour lui de rester plus de 18 mois au même poste ou au sein de la même entreprise. Il parle de « consommation de poste » : dès qu’il n’avait plus le sentiment d’apprendre et qu’une routine s’installait, Grégoire prenait le large.

Interpellé par ces changements constants, Grégoire commence à s’interroger. Puis, la claque d’un échec entrepreneurial agit comme un révélateur. La nécessité de réaliser un travail sur lui-même s’est alors imposée, requérant tout de même une bonne dose de courage. Par chance, il va trouver une thérapeute avec laquelle il entamera un travail en profondeur qui va changer sa vie.

Interroger nos intentions

Grégoire ne cache pas qu’alors qu’il se cherche, il traverse une période compliquée à gérer au quotidien. Outre un accompagnement de long terme, l’oraison lui a également permis de se laisser guider.

Mais le résultat en valait la peine. Grégoire touche du doigt la clé qui est de trouver l’alignement entre notre personnalité et le métier que nous exerçons. Cette intention se transpose parfaitement à sa dernière expérience entrepreneuriale, le Cours du Pont de Pierre. Grégoire décrit avec des étincelles dans les yeux l’épanouissement intellectuel et humain qu’il y trouve.

Enfin, cette étape lui a permis de trouver un équilibre dans sa relation avec l’argent. Noeud de bien des reconversions, l’argent constitue un arbitrage important à réaliser. Grégoire témoigne : « Bien sûr nous en avons besoin et c’est plus facile à dire qu’à faire, mais il faut pouvoir s’en détacher… ».

Une leçon de vie d’une grande richesse qui a permis à Grégoire d’aller plus loin… et d’ailleurs, comme il le souligne « Ça n’est pas fini » !

L’inspiration comme moteur

« Vous deviendrez ceux que vous admirez » : quand Grégoire entend cette phrase prononcée par un formateur, il a de la peine à y croire. Pourtant, avec le recul des années et d’un parcours aussi dense, ce conseil s’avère précieux. « Identifier ceux que vous admirez pour vous aider à cheminer », insiste Grégoire.

Notamment, Grégoire a puisé son inspiration auprès de modèles atypiques tel que Xavier Niel, qui ont su remettre en cause certains fondements du monde dans lequel nous vivons. Et s’aperçoit aujourd’hui à quel point le Cours du Pont de Pierre est différent tant il interroge un domaine aussi figé que celui de l’éducation.

Avec un franc sourire, Grégoire me dit combien il est aujourd’hui heureux de se lever le matin et se réjouit de sa liberté de création qui est la sienne. Un bonheur qui n’a d’égal que l’accompagnement des jeunes du Cours du Pont de Pierre aux profils multiples vers leur propre réussite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *