Julie Collas, « prends ta chance »


Orientation épanouie / mercredi, juin 26th, 2019

Elle a trouvé sa voie ! Julie Collas, une personnalité flamboyante et entière, est l’invitée du 18ème épisode du podcast Graines d’orienté qui traite d’orientation et de réorientation épanouies. Pourquoi vous présenter Julie pour parler d’orientation et de réorientation ? C’est parce que cette sacrée nana, qui n’est pas du genre à tergiverser, a pris un virage à 360 degrés dans sa carrière. D’un poste de directrice des affaires juridiques aux planches d’un théâtre, cette reconversion illustre son audace.

Vous pouvez retrouver cet épisode sur toutes vos plateformes d’écoute favorites. Parmi elles, Acast, Apple Podcast, Soundcloud, Spotify et Eeko. Et si dessous, quelques extraits choisis de ma rencontre avec Julie.

Une âme d’artiste contrariée lors de son orientation

Quand je pose ma fameuse question du pire conseil d’orientation à Julie, elle n’hésite pas : « Tu ne sais pas quoi faire ? Fais du droit ! » lui diront ses parents. Et pourtant, Julie se souvient qu’elle a très tôt développé un goût prononcé pour l’art, dans plusieurs de ses formes. Dessin, écriture… elle aurait rêvé de faire une école d’art. Pour autant, la comédie et le théâtre ne font pas encore partie de son champ des possibles.

À quoi bon ?

Julie mène donc un parcours bien huilé de juriste, entre la France et les Etats-Unis. De grands cabinets aux entreprises du CAC40, la route semble sans détour. Jusqu’au jour où une somme de difficultés (suicide d’un collègue sous l’effet de la pression, attentats du Bataclan) fait surgir cette question : à quoi bon ? La rupture avec l’environnement et les valeurs est consommée. Et comme Julie n’est pas de nature à tergiverser, elle décide de renouer avec son aspiration couvée de devenir nez.

Sortir du formatage à la française pour essayer, ou l’art de la reconversion

Julie le concède : quand elle se lance dans cette aventure pour intégrer l’univers de la parfumerie, elle ne sait pas encore où elle souhaite aller. Et réalise rapidement qu’elle est à nouveau affectée au commercial et à la réalisation de contrat. Bien loin donc de son désir d’être au contact du parfum. Quelques mois plus tard, elle quitte sans regret ce milieu qui ne lui convient pas. Et la suite de son parcours professionnel se joue… à 3h du matin, après quelques verres. « Monte un spectacle en anglais » lui dit son mari, presque comme un défi. Même pas peur, Julie s’élance dans la création d’une société de production, et de son spectacle en anglais.

Mais tu n’as jamais pris de cours de théâtre !

Croire en soi et ne pas trop réfléchir… c’est avec cette conviction que Julie fait fasse aux premiers retours négatifs de son entourage s’agissant de sa réorientation. « Quand tu bouges les lignes autant, tu piétines les certitudes des gens ». Ce partage révèle à quel point prendre un virage à 360° peut faire de nous un miroir de projections pour la famille, les collègues ou les amis. Pas de quoi déstabiliser Julie pour autant ! Son affiche sous le bras, Julie va frapper aux portes des théâtres. D’ailleurs, quelques mois plus tard, elle peut compter sur le soutien sans faille de sa famille, conquise par ses premiers pas sur scène.

Du sang sous les ongles

« Si tu veux que l’argent rentre, il faut se bouger, presque 100 fois plus qu’en étant salarié.e ». Quand je demande à Julie ce que lui a appris son aventure entrepreneuriale, elle souligne à quel point se vendre soi-même est la plus grande difficulté à laquelle elle a été confrontée. « Tu apprends à vivre différemment, peut-être parce que tu es rempli.e par autre chose ». Plus de shopping entre midi et deux pour Julie. On touche au fameux ikigaï, ou alignement des valeurs et de la réalité du monde du travail, évoqué par Christine Vanbremeersch à mon micro.

J’espère que ces quelques extraits vous inciteront à chausser vos plus beaux écouteurs pour découvrir le podcast dans son intégralité. Et, comme d’habitude, si vous souhaitez aider à le faire connaître, c’est sur Apple Podcast que cela se passe. 5 étoiles, un gentil commentaire, et un abonnement, le tour est joué.

Juliette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *